logo PORTAIL.WALLONIE.MUSEUM visiter voir apprendre informer

Musée de la Vie wallonne

LIEGECarte wallonie

 

Description

Informations pratiques

Avantages

Galerie photos

Documentations

Publications

Service

Dans la région ...

 

Musée de la Vie wallonne

Cour des Mineurs

4000 LIEGE

04/237.90.50

www.viewallonne.be

info@viewallonne.be

Régional   Ethnologie   Techniques

 

Description

12043305.JPG12043300.JPG

Collections

Exposition de référence

L'ancien Musée de la Vie wallonne témoignait du quotidien des Wallons d'autrefois et en exaltait la richesse « mise en péril » par la standardisation du monde moderne? Cette réalité « d'un autre temps », devenue étrangère au visiteur de l'an 2000, se devait de subir une bénéfique refonte de présentation.

La vie en Wallonie proposée à travers une grande diversité de thèmes et une belle variété d'objets, telle est la richesse de ce nouveau parcours, fruit d'une muséographie et d'une scénographie de pointe.

D'emblée, la présentation de l'?uvre monumentale du Marché de Liège par Léopold Harzé plante le décor d'ambiance du parcours du visiteur. Authentique, finement observateur et intimement humain.

Ensuite sont inévitablement évoquées les péripéties qui, du couvent au musée, présentent les étapes de la vie de cette page d'histoire du patrimoine liégeois.

Le visiteur entre alors dans le parcours muséal proprement dit et se voit offrir trois regards inédits sur la Wallonie. Ceux-ci éveillent les sens, raniment son histoire et invitent à partager son légendaire esprit de fête. Face au Mouvement flamand, la longue marche des militants wallons mènera à la création de la Région wallonne en 1980. Le « revival », lui, propose un autre regard sur les objets du passé et sur le folklore.

La vie économique occupe aussi une place de choix. Techniques anciennes, (r)évolutions, crises et (re)conversions jalonnent l'épopée économique wallonne. Des sentiers de terre aux voies aériennes, du pigeon voyageur aux satellites, la Wallonie s'est aussi inscrite dans la grande mutation mondiale des transports et de la communication.

Descendu au premier étage, le visiteur est interpellé par la dernière guillotine liégeoise en activité qui maintient ouverte la toujours brûlante réflexion sur la peine de mort.

Il est ensuite invité à une plongée dans le quotidien d'autrefois. Les temps ont changé, nos maisons aussi. Production et consommation explosent. Habillement, alimentation, arts ménagers, tout évolue. La publicité incite à consommer toujours davantage.

La vie spirituelle n'est pas pour autant laissée pour compte. Divers aspects en sont évoqués dans ce parcours. Le catholicisme wallon profondément enraciné est aussi teinté de magie et de superstitions. Les croyances populaires influencent notre quotidien. Fêtes et loisirs rythment la vie et tissent les liens sociaux. Au fil de son histoire, la Wallonie s'est enrichie d'autres courants philosophiques et religieux.

Les questions de société sont également étudiées de 1830 à nos jours? Notre société s'ouvre aux idéaux démocratiques : solidarité, égalité et liberté de conscience. La question fondamentale de l'école pour tous, autre moteur de l'évolution wallonne, est bien présente ; l'intelligence du geste de nos artisans tout autant : le visiteur réalise qu'ici, les mains sont les outils et jouent les gestes maîtrisés d'artisans virtuoses.

Le soin de conclure le cheminement de découverte muséographique a été confié à l'artiste liégeois Jacques Charlier ainsi qu'à l'astrophysicienne Jaël Nazé de l'Université de Liège pour une embardée universaliste et cosmique. Nous convions ainsi les visiteurs à la découverte d'un « pays » jeune, complexe et multiple en perpétuelle mutation. Un milieu humain considéré, tant dans son passé que dans son présent, dans une optique anthropologique large. Une variété culturelle habillée d'une épatante convivialité, au service d'une conception éminemment positive du caractère wallon : l'unicité dans la diversité.

Bâtiment

Le couvent des Frères mineurs

C'est en 1243 que les Franciscains installent leur nouveau couvent entre l'église Saint-Antoine et la colline de la Citadelle de Liège. Lieu de prière, le couvent des Frères mineurs devient un espace privilégié de la vie publique de la Cité ardente : refuge pour les démunis, lieu de réunion de plusieurs métiers, espace de marchés, arsenal de la Ville de Liège dès 1577, même des contrats de mariage y sont passés?

Témoin privilégié de l'histoire politique de la ville, le couvent médiéval en subit évidemment les funestes épisodes jusqu'à sa complète reconstruction, dans le troisième quart du 17e siècle, dans le style architectural en vogue à l'époque et communément qualifié de « mosan ».

A la Révolution française, les religieux sont contraints de quitter les lieux (1796) et l'ensemble est scindé en cinq lots. Il abrite alors divers magasins, remises, etc. Il est aussi régulièrement livré aux charretiers réquisitionnés qui y sont logés dans les pires conditions.

La Maison Chamart

Adossée à la colline du Péry et connue sous le nom d'un de ses anciens propriétaires, cette imposante construction se distingue du couvent proprement dit par ses façades ornées de cartouches et de blasons sculptés dans le tuffeau.

Jadis résidence du gardien ou supérieur de la communauté franciscaine dont il abritait aussi la bibliothèque et les archives, ce bâtiment du 17e siècle subit, comme le couvent, de lourds dommages lors des bombardements à la fin de la seconde guerre mondiale.

De 1963 à 1971, un vaste chantier de restauration rend à la maison Chamart son cachet de 1620. Elle abrite aujourd'hui les services administratifs et scientifiques du Musée ainsi que le théâtre de marionnettes et le Centre de Documentation.

L'Eglise Saint-Antoine

Vers 1240, les disciples de saint François d'Assise, déjà présents à Liège depuis la fin du premier quart du 13e siècle, s'installent en Hors-Château, à proximité du c?ur de la ville, afin d'être en contact avec sa population.

Dédiée à Saint-Antoine, leur église est achevée en 1244 et affectée depuis le Concordat (1801) au culte paroissial. Elle reste, dans son gros ?uvre de grès houiller, le témoin des débuts prometteurs de l'ordre franciscain à Liège. L'édifice ogival primaire, limitant la partie sud du couvent, est enrichi d'une façade monumentale baroque au 18e siècle. L'intérieur est décoré dans le même style d'une ornementation de stucs. Cette décoration, pour le moins « présente », est parachevée au siècle suivant.

Egalement endommagée lors de l'explosion de la bombe volante du 16 décembre 1944, elle est particulièrement restaurée du coté ch?ur, retrouvant alors le style primitif simple qu'affectionnent les Franciscains. Retrouvé presque intact dans les décombres, le maître-autel du 13e siècle reprend son rôle liturgique tandis que des pierres tombales de diverses époques sont encastrées dans le dallage du ch?ur et dans les murs des bas-côtés. Un intérieur présentant ainsi une grande diversité de styles, reflet de la richesse de son histoire.

Une stabilisation du bâtiment entre 1961 et 1968, dans le but de lui éviter de verser vers la rue Hors-Château n'empêche toutefois pas l'exercice du culte jusqu'en 1977. L'église est alors désacralisée et la paroisse transférée en l'Eglise Sainte-Catherine, rue Neuvice.

La Ville de Liège qui en est propriétaire, décide de confier à la Province de Liège la gestion de la totalité de l'ancien ensemble architectural conventuel, comprenant l'église, le couvent et son musée et la maison Chamart. Le bail emphytéotique entérinant cette décision est signé en décembre 1989.

Depuis, totalement restaurée par ses nouveaux gestionnaires, l'Eglise Saint-Antoine abrite de nombreuses manifestations culturelles de prestige et sert d'écrin à des expositions temporaires.

Le musée...

Un premier musée ethnographique du Vieux-Liège voit le jour en 1894, dans les locaux abandonnés de l'Académie des Beaux-Arts. Il est vite baptisé par le public : Musée dès vîs rahis' (musée des vieilleries). Les locaux trop exigus sont repris par la Ville de Liège et il faut attendre 1913 pour que naisse enfin le Musée de la Vie wallonne, ?uvre de militants wallons comme Joseph-Maurice Remouchamps, Jean Haust et Henri Simon. Les En 1925, elles en intègrent des dépendances, rue Féronstrée. Trois salles d'exposition permanente sont enfin installées et inaugurées en 1930, tandis que le théâtre de marionnettes frappe ses premiers « trois coups ». L'accroissement incessant des collections amène enfin le musée vers sa demeure actuelle où il s'installe progressivement, au gré de la rénovation d'après-guerre, entre 1963 et 1971.

En 1989, la Province de Liège signe, avec la Ville et l'Etablissement d'Utilité Publique du Musée, les documents qui lui confèrent pouvoirs et devoirs de gestion de ce patrimoine. Aujourd'hui, le Musée de la Vie wallonne rénové, tout en évoquant les sources de notre culture, actualise son champ d'analyse ethnographique et porte son intérêt jusqu'à nos jours? Un musée ancré dans le savoureux passé wallon, riche de la Wallonie présente et résolument ouvert sur celle de demain !